Aller au contenu principal

Philosophie

En attente de rédaction. Articles à venir
Lettre d’Hubert LEDOUX au Maire de la commune de BAFOULABE,
Monsieur Kandé DOUCOURE…..
« ………  CORENS est un Collectif pour la coopération Nord Sud qui travaille, depuis 10 ans, avec la Région Nord-Pas de Calais, en direction du cercle de Diéma voisin de celui de Bafoulabé. Deux communes du cercle de Bafoulabé ont d’ailleurs créé une intercommunalité avec celles du cercle de Diéma.
C’est dans ce cadre que CORENS a soutenu la création d’un Centre de formation à la décentralisation pour les élus et personnels communaux à Diéma.
Le bureau de CORENS est composé de bénévoles compétents dans les domaines des sciences sociales, de la recherche sur le développement, de la gestion des collectivités territoriales, de la sociologie, de l’ethnologie, de l’urbanisme, de la géographie, de la communication.
CORENS s’est également intéressé aux bouleversements socio-culturels et économiques qu’a créé la réalisation d’une route internationale Bamako-Kayes passant à Diéma et aux alentours.
C’est une problématique que vous connaîtrez bientôt et dont les conséquences sur le milieu traditionnel des villages traversés par la route se manifesteront avec une violence dont vous n’avez sans doute pas idée actuellement.
CORENS a réalisé un film sur ce sujet.
C’est dans ce cadre là que j’ai souhaité que CORENS puisse s’impliquer dans le déroulement du « Forum pour le développement du cercle de Bafoulabé » que les élus ont décidé de tenir. C’était l’objet de notre rencontre à Bafoulabé le 23 septembre 2010 avec les maires et le conseil du cercle.
Aujourd’hui, fort de l’expérience menée à Diéma, CORENS, en appui de la Région Nord-Pas de Calais et avec le soutien du Ministère des Affaires Etrangères, participe à la création d’une « Agence de développement des territoires » qui a pour mission d’aider les municipalités à appréhender leur développement dans les domaines de l’urbanisme (création de lotissements, de marchés, de gares routières, de zones d’activités, de parking), de l’assainissement communal, de la voirie, de la création de pôles de développement économiques et de l’organisation des filières de productions agricoles.
Cette agence a également pour but de fournir aux élus des outils leur permettant de décider en connaissance de cause : études de milieu, enquête de débouchés, cartographie du territoire, diffusion de textes en langues vernaculaires etc.
Nous avons travaillé 15 jours en avril à Lille avec les représentants de cette Agence de Développement Territorial, notamment avec son directeur, son président, son géographe et deux maires président d’intercommunalités du cercle de Diéma.
CORENS travaille également sur les plurilinguismes (comment traduire dans les langues locales comprises et utilisées par les élus et les populations, les décisions des conseils municipaux, les termes des marchés, les textes et délibérations…) pour informer correctement la population et pour que les élus puissent remplir pleinement leurs missions.
CORENS s’est documenté et s’intéresse également à l’émergence des intercommunalités au Mali, et à la manière dont elles peuvent suppléer aux difficultés que rencontrent les maires, difficultés qui seraient sans doute allégées si elles étaient prises en charge par plusieurs communes regroupées dans une intercommunalité ou une intercollectivité.
Enfin, les actions de CORENS s’adaptent également à l’évolution de la conception du renforcement des capacités des collectivités (de la formation à l’assistance technique).
Voilà le cadre, extrêmement large, mais tout aussi précis, des interventions de CORENS qui est à ton entière disposition ainsi qu’à celle des maires du cercle et du conseil de cercle.
J’en profite pour te donner également mon sentiment sur l’avenir de la coopération avec Bafoulabé (commune et cercle).
Je pense que vous auriez intérêt à coordonner les actions en lien avec les comités de jumelage existant à Bafoulabé et dans les villages, et à déterminer des priorités en lien avec les populations.
Cela faciliterait aussi le travail en France où les associations pourraient, si elles le souhaitent, se concerter sur les actions qu’elles peuvent mener ensemble, éventuellement avec l’intercommunalité Lille Métropole Communauté Urbaine.
Des actions qui pourraient, bien entendu, être appuyées par CORENS en lien avec la Région Nord-Pas de Calais, sans que CORENS ne s’immisce, d’une quelconque manière, dans la vie des associations existantes, ni  dans leurs compétences, centres d’intérêts, objectifs, buts, projets etc.
Par cette longue lettre, j’espère t’avoir bien éclairé sur le sens de mon engagement, ses domaines, ses compétences, et ses limites; en aucune manière je compte, pas plus que CORENS, me substituer aux associations existantes, même si je reste à leur entière disposition…. »

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :