Aller au contenu principal

Mali Dijgui : lancement du film Kéniéba, la malédiction de l’or

by sur 21 juillet 2018

Vendredi 20 juillet, Mali Djigui a accueilli Michèle Leclerc-Olive (CORENS) et Nicolas Leclerc (3 FILMS 14) à l’occasion de la mise en ligne du film réalisé à Kéniéba grâce au soutien du département du Pas-de-Calais dans le cadre de son programme IMM (Imaginons un Monde Meilleur) et à la collaboration de nombreux habitants du cercle. Qu’ils en soient remerciés !

IMG_0631

N’hésitez pas à ‘liker’ et à inviter vos amis et amies à visionner le documentaire d’Enis Miliaro (24 mn) sur la chaine  de 3 FILMS 14 : Kéniéba

AFFKB EM     Kéniéba. La malédiction de l’or

3 FILMS 14, en collaboration avec CORENS a réalisé ce film sur les prédations minières dans le cercle de Kéniéba (région de Kayes, au Mali), d’où provient la moitié des 50 tonnes de l’or malien exporté chaque année. Ces entreprises extractives font d’énormes bénéfices tant sur les marchés financiers que sur ceux des matières premières, alors que les communautés villageoises sont privées de leurs meilleures terres agricoles et que leur eau est utilisée sans contrepartie par ces usines.

Le film pointe l’abandon des populations par l’Etat : non seulement les pouvoirs locaux ne sont pas consultés avant l’attribution des « permis » aux sociétés d’exploration, mais une fois l’exploitation lancée, les promesses d’embauche faites aux populations locales par ces sociétés ‘juniors’, ne sont pas respectées. Déplacement du village, du cimetière, la communauté villageoise, médiocrement indemnisée, a perdu ses moyens d’existence lorsqu’elle se rend compte que de très nombreux enfants du terroir ne trouveront pas d’emploi stable dans l’usine. Mais il est trop tard … Le film documente les électeurs maliens, mais aussi tous les citoyens du monde soucieux de l’avenir de la planète.

Faut-il, en notre nom, sacrifier populations et environnement pour la réussite sur les places boursières de quelques groupes financiers, alors que les réserves aurifères maliennes connues à ce jour seront épuisées dans moins de quinze ans ? Et que ces entreprises laisseront derrière elles, une terre dévastée, voire stérile, condamnant les jeunes à l’orpaillage, à la migration, ou à rejoindre les rangs de la violence ?

Filmographie 3 FILMS 14 
2011 : Diéma, un carrefour dans le Sahel (40 mn)
2013 : Bafoulabé, une jeunesse malienne dans la mondialisation (26 mn). Sélection du FIFE
2013 : Djekabaara (4 mn) Distribution : OriginsFilms et RADI
2014 : Kayes. Des routes en développement (52 mn). Sélectionné par le FESDOB – Festival de Film Documentaire de Blitta (Togo)
2018 : Kéniéba. La malédiction de l’or (24 mn)

Pour aller plus loin 
Alternatives Sud, 2012, Emprise et empreinte de l’agrobusiness, Louvain-la-Neuve, CETRI.
Alternatives Sud, 2013, Industries minières. Extraire à tout prix ? Louvain-la-Neuve, CETRI.
Bednik Anna, 2016, Extractivisme. Exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances, Neuvy-en-Champagne, Le Passager Clandestin.
Graeber David, 2013, Dette. 5000 ans d’histoire, Arles, Babel Editions.
Leclerc-Olive Michèle (dir), 2007, Anthropologie des prédations foncières. Entreprises minières et pouvoirs locaux, Paris, Editions des Archives Contemporaines.
Sersiron Nicolas, 2014, Dette et extractivisme, CADTM, Utopia.

Et merci pour vos commentaires !  Très bel été à tous …

 

 

 

 

From → Activités

Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :