Aller au contenu principal

N-PdC, Corens, ADT: ateliers avec le CRK

by sur 10 avril 2013

L’atelier, organisé par l’Agence de Développement Territorial de Diéma (ADT) – dans le cadre du Programme d’Appui au Développement de la Région de Kayes et des Territoires de Diéma, Bafoulabé et Keniéba – (programme de la Région Nord-Pas-De-Calais, MAEE, Corens)

S’est tenu à Tambacounda (Sénégal) du 3 au 7 avril 2013, a réuni plus de trente participants venus du Mali (région de Kayes) et de France (région Nord-Pas-de-Calais).

 Tambacounda-1

Elus, techniciens et secrétaires généraux des trois cercles, Diéma, Bafoulabé et Kéniéba, représentant les diverses intercommunalités qui se sont structurées au cours des dernières années, une délégation importante du Conseil régional de Kayes ont participé aux deux temps majeurs de la rencontre :

* Formation et d’échanges d’expérience sur les différents thèmes caractéristiques de ces territoires en mutation.

* Avenir de l’outil « Agence de Développement Territorial » au service des intercommunalités du territoire kayésien et ses thématiques de travail.

1 – CORENS et l’AUD (Agence d’Urbanisme et de développement de Saint-Omer) ont animé les deux premières journées consacrées au premier atelier.

CORENS a présenté les films réalisés par Nicolas Leclerc.

Djekabaara, une fiction humoristique sur l’aide au développement.

Bafoulabé. Une jeunesse malienne dans la mondialisation.

Les débats sur les impacts et opportunités pour le territoire générés par l’implantation d’industries extractives sont au cœur des réflexions des intercommunalités et des collectivités de ces territoires en mutation. 

A partir de photos satellites des pôles urbains des trois cercles (Diéma, Kéniéba et Bafoulabé-Mahina) l’AUD a partagé avec les participants leurs méthodes de travail. Ce fut l’occasion d’aborder la question de l’urbanisation à laquelle sont aujourd’hui confrontés nos partenaires : mise en perspective historique et responsabilité spécifique des petites villes en émergence indiquent l’orientation d’un volet majeur de notre coopération. 

En particulier, les échanges d’expériences sur les gares routières et les espaces urbains à protéger ou à aménager – places publiques et espaces verts – ont permis d’enrichir les projets des collectivités territoriales en la matière, de discuter des schémas d’aménagement des territoires et des villes et d’aborder les nécessaires concertations et synergies entre les différents niveaux de collectivités territoriales.

2 – Monsieur Bandiougou Diawara, président du Conseil régional de Kayes, accompagné de Monsieur Founéké Sissoko, secrétaire général du CRK, a présidé le second atelier consacré à l’avenir de l’ADT.  

 Tambacounda-2

Il n’est pas possible ici de restituer l’ensemble des propositions et des décisions qui ont été arrêtées. Un CR rédigé par l’ADT et mis en ligne prochainement indiquera le détail de celles-ci.  Notons pour l’heure quelques points majeurs qui méritent d’être soulignés dès à présent.

Une commission technique, au sein de laquelle tous les niveaux de collectivités étaient représentés, a soumis à l’atelier un document de travail rédigé en vue de l’institutionnalisation de l’Agence.

Une telle initiative constitue en effet une opération pionnière au Mali où ce type d’accompagnement des intercommunalités n’existe pas encore. Les échanges des jours précédents en ont démontré la fécondité et les élus et techniciens présents ont confirmé leur volonté de se doter d’un tel outil, notamment en prenant en charge progressivement le financement du fonctionnement de cette structure associative dont les missions sont multiples :

-à la fois au service des collectivités (on rappellera ici le déficit créé par la suppression fin 2007 des Centres de Conseil aux Communes (CCC)  qui se fait encore sentir),

animatrice de la réflexion locale sur les enjeux majeurs du développement

– et force de propositions.

Il a été unanimement demandé à l’AUD de poursuivre l’accompagnement de la démarche.

La commission, élargie à quelques élus, aura à proposer rapidement à l’Assemblée générale des collectivités et intercommunalités des Statuts et un Règlement Intérieur permettant de donner à l’ADT actuelle la reconnaissance administrative attendue.

L’une des lignes d’action confiées à l’ADT concerne la recherche de financement pour l’investissement, sans lequel l’animation territoriale resterait vaines paroles.

Le président Diawara a confirmé que cette attente avait été bien entendue par le CRK qui devrait contribuer à y apporter des réponses.   

Enfin, parmi les thématiques de travail qui constitueront l’architecture de la feuille de route de l’ADT on notera principalement :

a) les différents aspects de l’urbanisation des centres des cercles,

b) leur mise en réseau, avec

c) une attention particulière pour le désenclavement (ponts et route) du pôle Bafoulabé-Mahina, et

d) la création d’un réseau des collectivités minières doté d’un observatoire de leurs territoires.

La prochaine rencontre sera celle du dernier comité de pilotage du programme triennal RATP –  Renforcement des Appuis Techniques et des Partenariats – qui se termine fin août 2013. Il devrait se tenir sous   la double présidence du CRNPdC et du CRK.

 

Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :