Aller au contenu principal

Mission CORENS à Dakar

by sur 27 décembre 2012

Compte rendu de la mission CORENS à Dakar

Du 5 au 9 décembre 2012

La présence de CORENS à Dakar a permis de participer à quelques ateliers d’Africités et de tenir les deux réunions de travail prévues avec l’ADT, le CCK, le CG62, le GRDR et l’AVRL.

Première partie

I – Un préprogramme de la journée du 14 février 2013 à discuter et valider a été présenté. Un document papier a servi de support à la discussion : il s’agissait de mettre en débat nos réflexions sur ce que  pourrait être la problématique d’un programme de coopération décentralisée avec un territoire qui abrite des entreprises extractives étrangères :

 Concessions minières et collectivités territoriales maliennes :

quelle coopération décentralisée dans ce contexte ?

« Pour que les territoires riches en ressources aient bonne mine »

Le canevas de questions et le raisonnement qui ont guidé la composition de ce document n’ont pas été discutés. En revanche le projet de programme de la journée d’étude prévue le 14 février à Arras a été examiné. A partir des discussions qui ont suivi, nous avons élaboré une nouvelle proposition soumise au CG62 le 17 décembre et en attente de validation. Dès que le programme définitif (et son financement) aura été arrêté, nous nous chargerons d’inviter les conférenciers pressentis.

Voici le programme de la journée tel que nous l’avons conçu :

 Proposition de programme pour la journée d’études

Matinée 

Introduction 9h-9h30

– CG62     – CORENS

Première session 9h30 -12h30 : Exploitations minières dans leur contexte

Jean-Louis Couture ( consultant) : Le bassin minier : Sénégal, Mali, Guinée. Compagnies minières, orpaillage et développement

Sylvie Capitant (CIBELE ; Université de Paris I): La République Démocratique du Congo : quelles leçons tirer de ses expériences ?

Michèle Leclerc-Olive (CORENS ; IRIS-EHESS) : Les collectivités territoriales : entre compagnies minières transnationales et engagements étatiques : les oubliées des dossiers sur les ressources minières ?

 Après-midi

Deuxième session 13h30 – 16h : Dialogue d’expériences

CCK : Les compagnies minières et nous : retour historique

CG62 : L’expérience du bassin minier du Pas-de-Calais

Les invités du CG62

Troisième session 16h10 – 18h30 : Des diagnostics pour l’action

Anzoumane Sissoko : Le forum de Sitakily

Many Camara : L’uranium de Faléa et le colloque de Bamako

CRK : Vers une association des territoires miniers ?

ADT et AVRL : Quelle assistance technique ?

18h30 : Conclusion par le CG62 …

19h : cocktail dînatoire ( ?)

Un documentaire pour prolonger cette journée

Pour la suite du projet, nous avons proposé que la journée que CORENS aurait dû animer à Kéniéba, pour sensibiliser à la prise en compte de la spécificité minière dans le développement territorial de Kéniéba – comment tenir compte de l’existence des mines dans la planification du développement territorial ? En quoi cette activité se distingue-t-elle des autres ? – soit remplacée par la réalisation d’un documentaire de sensibilisation/formation en direction des populations locales sur cette même thématique, avec un accent particulier mis sur le rôle spécifique des pouvoirs publics locaux.

Le documentaire prendra appui sur la journée d’étude du 14 février, pour élaborer un matériel pédagogique de 26 minutes, documentant les questions qui constituent la charpente de la journée d’étude.

Enfin, il s’agira aussi de constituer de nouveaux documents (graphiques, outils d’aide à la décision, entretiens, etc.) pour compléter les cartes et enrichir les dossiers sur les diverses problématiques du programme.

Dakar

Mais ces contributions de CORENS aux rencontres de Dakar organisées par le CG62 ne représentent qu’une toute petite partie des thèmes qui ont été traités.

Avant de résumer le reste des débats, signalons qu’à la suite des réunions qui se sont tenues à Lille du 11 au 14 décembre, nous avons été amenés à renoncer à la demande que nous avions adressée au CG62 : coordonner nos invitations afin de permettre aux représentants du CCK de participer à la mission de formation que nous comptions organiser à la mi-février en collaboration avec l’AUD de Saint-Omer.

Cette opération est différée et déplacée : elle est à présent programmée à Tambacounda (Sénégal) fin mars ou début avril. Son format (temps de séjour, et composition des délégations) sera établi après une mission d’étude de N’tji Keita à Tambacounda.

Deuxième partie

II – Venons-en aux débats du comité de pilotage du programme PAIRCK qui s’est tenu le 7 décembre 2012 à Dakar.

Il s’agissait de faire le point sur les diagnostics menés sur chacun des deux territoires, pour dégager les thématiques communes au CG62 et au CCK.

Ce travail très complet a donné lieu à l’établissement d’un document synthétique qui sera disponible sur notre blog.

Par ailleurs, l’ADT a présenté la batterie de cartes thématiques réalisées grâce aux données recueillies par l’AVRL et à celles recueillis par l’ADT auprès des services de l’Etat.

Ces documents forment une base de travail précieuse pour l’élaboration d’actions de coopération. De nouvelles questions ont surgi qui seront documentées dans la seconde période du programme.

Le programme prévoyait la réalisation d’une monographie du cercle : le GRDR a annoncé qu’il s’emploierait à réaliser cette action dans les mois à venir.

Enfin, une longue discussion a tenté de clarifier le partage des responsabilités administratives et financières attachées au poste d’ « accompagnement technique internalisé » auprès du CCK et à celui du SADL de Kéniéba. Plus généralement,  CORENS a souhaité que soient clarifiées les articulations entre le programme DADL (tel qu’il a été présenté à Paris le 29 novembre dans les locaux du Conseil Régional Ile de France par Séga Sow et le GRDR) et ces programmes territorialisés de renforcement des acteurs locaux. Il nous semble urgentissime et vital que le DADL tienne compte des dynamiques intercommunales du territoire régional qui se développent depuis de longues années, qui ont accumulé expériences et légitimité.

CORENS a rappelé – comme nous l’avions déjà le 29 novembre – le cadre logique qui avait constitué la conclusion du comité de pilotage du programme RATP en juillet 2012 à Kayes :

Le CRK va à la rencontre des intercollectivités de son territoire, et les intercollectivités s’équipent pour dialoguer de manière fructueuse avec le CRK.

On peine à comprendre pourquoi – et ce en contradiction avec les objectifs affichés – les porteurs du projet DADL rechignent à dialoguer avec les acteurs du territoire régional qui ont acquis une réelle expertise en matière d’appui aux intercommunalités thématiques et ont prouvé leur capacité à faire émerger des initiatives de développement économique (soit en s’émancipant du maillage territorial administratif qui, en général, n’a pas de réelle pertinence économique,  soit en renonçant à une mono-appartenance). Un power point présentant le DADL est disponible auprès du GRDR. 

 

Africités décembre 2012 à Dakar

CORENS, n’ayant pas les moyens de s’offrir une inscription pleine et entière à cette manifestation internationale, n’a participé qu’à deux ateliers.

Premier atelier

D’une part, nous avons assisté à la session organisée par Nathalie  Le Denmat, de la Commission des Finances Locales pour le développement (CGLU) : « La plus-value foncière : une voie pour financer les collectivités locales ».

La séance a été introduite par T. Paulais qui nous a exposé comment faire en sorte que les CT puisse se servir de leurs réserves foncières pour négocier des politiques de logements et d’équipements capables de garantir l’accès des catégories sociales défavorisées à ces biens. On comprend très bien que les CT puissent négocier auprès des opérateurs et promoteurs immobiliers lors de la mise en route de ces programmes. En revanche on voit mal comment la CT pourra ensuite résister au fait que toutes les parcelles auront été mises sur le marché (elle se sera défaite de tous ses atouts dans la négociation) : alors que l’on sait très bien que c’est notamment la spéculation foncière sur les parcelles urbaines qui est à l’origine de la gentrification des centres urbains.

Il était prévu de participer à la session consacrée à l’accès à l’emprunt pour les CT. Cette session ayant changé son horaire, il ne fut plus possible d’y assister. Notons que ce n’est pas forcément bien grave : il s’agissait de faire la promotion d’un outil, le PEFA : Public Expenditure and Financial Accountability, partenaire de la Banque Mondiale qui accompagne notamment les gouvernements pour dresser des audits de leur système financier.

Deuxième atelier

D’autre part, nous avons participé à la session organisée par CUF, le Labo Citoyennetés et le GRET, intitulée « La construction et l’animation d’un dialogue territorial pluri-acteurs : un processus politique dynamique. Echanges sur des processus de concertation à partir de l’expérience du programme AGORA ». La session était présidée par Charles Josselin, représentant M. Delebarre. Sont intervenus, Amadou Barry de LC coordonnateur du programme AGORA, Paul Hounkpe, maire de Bopa (Bénin), PSEau, Ousmane SY et MLO.

Tous les intervenants ont souligné l’importance de la concertation et de la participation de l’ensemble des acteurs. Mon intervention a tenté d’attirer l’attention sur la différence entre ingénierie sociale et espace public, sur la difficile question du rapport entre « le » public et l’expertise ou la technicité. Tout dispositif de participation ne contribue pas forcément à renforcer  les capacités citoyennes : cela se joue au niveau de micro-pratiques qu’il convient de savoir identifier (réflexivité, réduction de l’asymétrie d’information, publicité, visibilité, etc. ).   

Michèle Leclerc-Olive

 

Alpha Blondy – Les Imbéciles

On a le diamant à ciel ouvert
On a l’or à ciel ouvert
La bauxite à ciel ouvert
L’uranium à ciel ouvert
Mais les cerveaux se sont enfuis à tombeau ouvert

Malgré les richesses agricoles, minières et minéralières,
Nous sommes victimes de l’endettement à croissance exponentielle et baignons dans l’économie sous perfusion.
C’est la mondialisation de l’économie à sens unique avec la pensée unique du « Maître à penser »!!

Réveille-toi Afrique!

 © Alpha Blondy

Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :