Aller au contenu principal

« Conférence-débat : Une coopération décentralisée « publique » est-elle possible ? »

by sur 2 janvier 2012

Projet de conférence-débat (à Lille?)

Une coopération décentralisée publique est-elle possible ?

La nécessité d’une telle réflexion collective s’est imposée à la suite de la mission que CORENS a effectuée dans le cercle de Kéniéba en région de Kayes en novembre 2011.

En marge du forum Exploitation minière et développement local de Sitakily, une réunion de concertation s’est tenue avec les autorités publiques du cercle, le CG62, l’AVRL, le GRDR et l’ADT (l’ARK, les migrants et la Région NPDC n’y étaient pas bien qu’ils aient participé au forum). Il s’agissait de partager nos expériences et nos réflexions pour poser les bases d’un programme d’action[1] partagé.  N’tji Keita, Sadio Tunkara et moi-même avons présenté les raisons qui ont conduit d’une part au choix d’une agence (et non d’une ONG), et d’autre part à la production d’outils d’aide à la décision (type Agence d’Urbanisme et de Développement[2]) et non à celle de simples diagnostics participatifs feignant de croire que :

1) la connaissance locale par familiarité peut suffire là où on a en réalité besoin de données élaborées de manière professionnelles et

2) les solutions peuvent émerger simplement de l’animation de rencontres avec les acteurs locaux. Voir le cadre logique produit par CORENS en 2005 pour le cercle de Diéma dans les ARCHIVES du site CORENS.

Afin de rechercher des complémentarités avec les ONG déjà présentes sur le territoire, nous avons proposé d’apporter réflexions et documentations sur la question des routes, de l’urbanisation et des mines.

Le CG62 ait opté pour le « cadre logique » du GRDR chargé de la maîtrise d’œuvre du programme. L’ADT et CORENS contribueront au programme sur les aspects suivants : 1) l’ADT (au travers d’une convention avec le conseil de cercle de Kéniéba) réalisera les cartes associées aux thématiques du programme ; 2) CORENS mettra à disposition des éléments de documentation et de réflexion sur la question posée dans le compte rendu de mission : « Qu’est-ce qu’une compensation équitable en contrepartie des prédations minières ? »

Il avait été envisagé au début de confier à CORENS une mission d’évaluation de ce programme. Mission que j’ai refusée : nos propositions contenaient déjà implicitement une critique des méthodologies que l’on aurait eu à évaluer, où la logique est celle des ONG  – modèle « clé en main » du développement local, sans différence visible avec le développement « communautaire » financé par les compagnies minières. De plus, cette mission nous excluait de fait des moments de concertation au profit d’une position d’extériorité observante.

Une fois de plus, et j’avais déjà été amenée à le dire à la rencontre de CUF en juillet, j’ai le sentiment que pour la coopération décentralisée, le recours à la recherche, facilite une expertise à bas prix comme un bureau d’études peu coûteux.

J’ai donc envie de répondre non à la question titre … Ce n’est pas la joie. Il n’y peu ou pas de réflexion sur les enjeux actuels d’une coopération d’esprit public. Le développement (si tant est qu’il puisse y en avoir un lorsque les questions sont débarrassées de leur dimension proprement politique) se substitue, sans même avoir pris le temps de penser ce choix, à celle du renforcement des pouvoirs publics locaux : abandonnant dès lors à la seule tradition rurale la tâche de résister à la mainmise des multinationales sur les ressources locales.

Transrail, les mines, la coopération décentralisée : trois échecs de l’esprit public ou de l’intérêt général ?

En ces temps de promotion planétaire de la « société civile », la question : Une coopération décentralisée publique est-elle possible ? semble concentrer de multiples enjeux actuels et mériterait donc que l’on organise une rencontre (ou une série de rencontres) pour l’aborder … « publiquement » !

Quelques questions qui mériteraient d’être documentées :

Dans leur programme international, les pouvoirs publics sont-ils réduits à deux types de rôles, distincts mais complémentaires : celui d’ « assemblier » d’actions portées par des acteurs privés ou de la société civile (entreprises, ONG, bureaux d’études, associations etc.)  et/ou celui de partenaire institutionnel ?

Que peut-on entendre aujourd’hui par « esprit public » dans un contexte de refondation des pouvoirs publics (les réformes de décentralisation interdisant dorénavant de confondre pouvoir public et Etat) ? Les significations ont varié au cours de la Révolution française pour ensuite disparaître des discours politiques au profit  de la notion d’intérêt général ?   Quel est le sort réservé à cette dernière notion ?

Dans ce nouveau contexte, quelles sont les significations de la notion de « service public » ? En quoi des pouvoirs locaux peuvent-ils (ou non) être « publics » ?

A quels moments du processus d’élaboration, de financement, de mise en œuvre et d’évaluation la question de l’ « esprit public » se pose-t-elle et en quels termes ?

Sur quels savoirs s’appuient les pouvoirs publics locaux pour élaborer et fonder les actions à l’international ? Sur quelles institutions s’appuient-ils pour  former leurs argumentaires ?

Comment conçoivent-ils la place et le rôle de leurs homologues, dans les territoires partenaires et lorsqu’il s’agit d’arrêter un programme de coopération ?

Quelles sont les dimensions performatives des discours des « experts »  sur les manières de faire des pouvoirs publics locaux ?


[1] Cette concertation préparait la rédaction du programme que le CG62 a soumis  au financement du MAEE fin décembre.

[2] Nous tenons à remercier ici les responsables de l’AUD de Saint-Omer qui ont accepté à plusieurs reprises de partager leur expérience, facilitant ainsi la réflexion dans le cercle de Diéma sur les enjeux liés à la forme institutionnelle et au contenu des programmes d’activités d’une structure d’appui aux collectivités territoriales.

Publicités
Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s