Aller au contenu principal

Années pionnières de la décentralisation.

by sur 2 janvier 2012

Années pionnières de la décentralisation malienne

Bamako, Mercredi 7 décembre 2011

 Introduction par Michèle Leclerc-Olive :

Le projet de sauver de l’oubli l’expérience pionnière des premiers acteurs de la décentralisation est ancien, mais il tarde à se concrétiser. Une première rencontre-bilan avait été programmée en juillet 2010 à Diéma, mais cette rencontre (internationale) n’a pu se tenir en raison des consignes du MAEE. La perspective d’une rencontre malienne a suspendu un temps notre propre projet. Le Forum de Bamako sur « 10 ans de décentralisation » appuyé sur une enquête bilan confiée à Ousmane Sy, et qui s’est tenu en juin 2011 a, en effet, constitué un moment important de ce travail de synthèse et de mémoire.  Le dernier Forum des Assises de la coopération décentralisée, qui vient d’avoir lieu à Bamako en décembre 2011 a, en revanche, été relativement décevant.

Dans tous les cas, nous avons le sentiment qu’une forme de bilan reste à faire, qui aurait  la double caractéristique d’être envisagé d’un point de vue local – décentralisation oblige ! – et d’être conçu dans le souci de retracer l’histoire de cette réforme et de rester au plus près de l’expérience des acteurs eux-mêmes.

Pour contribuer à cette micro-histoire, CORENS a réalisé des entretiens à la fin des premier et deuxième mandats. Ils ont été retranscrits et représentent environ 1000 pages qu’il convient d’exploiter. Ces données devraient permettre d’établir un bilan « local », complémentaire des études générales existantes au niveau national. D’autres sources existent qui devraient être exploitées : la base OISE, par exemple, fournit une énorme masse d’informations. Mais il devrait être possible d’accéder aux multiples évaluations de la réforme, réalisées par des experts internationaux ou nationaux (inventaire à faire).

Le projet se décline en trois volets :

Volet n° 1 : à court terme, CORENS souhaite organiser en France, en 2012, un colloque permettant de croiser les regards des CT et des chercheurs.

Volet n° 2 : CORENS souhaite travailler à moyen terme, à la réalisation d’un ouvrage de « micro-histoire » qui pourrait être intitulé « La décentralisation au Mali : les années pionnières dans le cercle de Diéma »

Volet n° 3 : à plus long terme, CORENS pourrait aider à la réalisation d’un film long métrage sur l’engagement militant de la Mission de la décentralisation.

La discussion libre a montré l’intérêt porté par nos invités à ces questions, et les témoignages ont abondé, illustrant un certain nombre de pistes et donnant la liste suivante des questions à documenter :

1-    La formation : le Centre, son histoire, ses difficultés, ses réussites.. ;

2-    L’organisation collective des Maires et des Municipalités.

3-    Le bilan analytique des CCC, leur apport, leur disparition.

4-    La légitimation de nouveaux acteurs. Les communes.

5-    La prise en compte, ou non, de ces nouvelles réalités par la coopération (le regard des migrants, de la coop dec, des jumelages…)

6-    Le plurilinguisme.

7-    Les investissements. Les financements.

8-    Analphabétisme et écriture. La question des intellectuels.

9-    La question foncière.

10-L’impôt et les taxes.

11-L’élaboration des PDSEC.

12-L’appui public aux premiers élus.

13-La construction des Mairies : l’affirmation symbolique.

14-Les premières campagnes électorales.

15-Les élus et les conseils de villages.

16-Les découpages administratifs.

17-Le rôle des programmes gouvernementaux.

18-Les transferts de compétences.

19-La place des secrétaires généraux au cours des mandats successifs : statut, importance et fragilité.

Il est convenu entre tous qu’à l’initiative de CORENS, ces pistes seront mises en forme et adressées à chacun de nos partenaires pour qu’elles soient partagées, abondées et illustrées.

Présents :

Harouné Cissoko : Ancien directeur-adjoint du centre de formation de Nioro-Diéma.

Bokar Sow : 1er maire de Fassoudébé, 1er président de l’Association des maires du cercle de Diéma. Chef du Département de Langues à la Faculté des Lettres de Bamako.

Mahamadou Gary : 1er maire de Fatao, Chef de division à l’Université de Bamako.

N’tji Keita, 1er maire de Djanguirdé, aujourd’hui directeur de l’ADT

Jean Claude Cuvelier et Michèle Leclerc-Olive représentant CORENS

Publicités
Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s